Mathématiques

Lecteur, je voudrais prolonger ma réflexion sur les mathématiques en te posant une questions. 

Partons d'une vérité vraie : 4x4=16. 

Si je multiplie des pommes entre elles ça marche. Si je multiplie des pommes par des cajots ça marche aussi : cela signifie que j'ai quatre cajots remplis chacun de quatre  pommes et que si je fais la somme de toutes les pommes de tous les cajots je compte seize fruits.

Mais qu'est-ce qui se passe si je multiplie quatre pommes par quatre oranges? Crénom, ça ne marche pas! Est-ce une opération transcendantale qui aboutit à douze kiwis ou à trois noix de coco? Sais-tu me dire pourquoi ça marche avec les cajots et pas avec les oranges?

J'en profite pour te poser d'autres questions de mathématique transcendantale qui me tracassent, et sur lesquelles j'aimerais avoir ton avis. Peut-on multiplier les pommes de discorde par les pommes d'Adam? Peut-on multiplier des cajots par la terre qui est bleue comme une orange? Et diviser des grenades qui se mangent par des grenades qui font boum?

Macron

En appliquant le principe du -on (voir version papier), nous pouvons considérer le nouveau président comme une particule élémentaire (tel un phot-on, un électr-on, un prot-on, un positr-on etc.). Or la spécificité d'une particule élémentaire est de faire partie du stade ultime de petitesse de la matière : on ne peut pas couper un électron en deux, par exemple. D'autre part le président de la république se compose également d'un préfixe (macro-) qui le situe d'emblée aux antipodes du petit : il s'identifie d'ailleurs à Jupiter lui-même, la planète la plus grosse du système solaire, et non pas à un positron.

Si seulement il s'appelait Micron on pourrait dire qu'il y a là quelque cohérence : préfixe de petitesse (micro-) et suffixe subatomique (-on). Mais en fusionnant dans le même nom le gigantesque et l'infiniment petit, force est de constater que le président est alors aporétique par essence : Macron c'est un nom auto-contradictoire. Est-ce un homme/oxymore?

Cela ne peut franchement rien donner de bien bon en politique. Notre seule consolation? Sa capacité à empêcher le Décalage vers le bleu (voir version papier).

Monsieur Tompkins

J'adorerais être Monsieur Tompkins, car tout employé de banque qu'il était, il avait ce don inné de faire des rêves dans lesquels les explications de la physique se rendaient à la fois visibles et tangibles. S'il assistait à une conférence sur la relativité restreinte, à laquelle par ailleurs il ne comprenait rien, il rêvait d'un monde où la vitesse de la lumière n'était que de 30 km/h : du coup, même en faisant du vélo, il pouvait constater la contraction des longueurs, la dilatation des durées et la désynchronisation des horloges !

Dans un autre rêve, il se transformait en électron libre et dialoguait avec Pauli qui lui expliquait le courant électrique et le principe d'exclusion ; encore il s'octroyait un safari quantique dans une savane aux insectes délocalisés, et tâtait du doigt l'expérience des deux fentes grâce à des gazelles et des lions.

Le génial inventeur de ce personnage n'est autre que l'inventeur du Fond diffus cosmologique, George Gamow.


Mort thermique

1. L'Église catholique a clairement montré un certain faible pour elle. Par exemple, pour avoir défendu l'idée d'une pluralité de mondes, Giordano Bruno a subi une mort thermique brutale, par un mécanisme aboutissant à sa combustion.

2. S'inspirant de la deuxième loi de la thermodynamique, qui énonce le fait que le désordre ne peut qu'augmenter avec le temps, certains physiciens émettent l'idée d'une mort thermique pour l'Univers tout entier. Dans un tel scénario, l'énergie globale resterait bien entendu la même, mais son état de désorganisation empêcherait à toute machine humaine ou naturelle de l'extraire pour donner vie à des processus dynamiques. C'est la mort ultime, en quelque sorte...