Seconde

Alors, voici : une seconde se définit comme la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux hyperfins de l'état électronique fondamental du cesium133. Vu?

Spectre solaire

1. C'est la dénomination de l'astre du jour pendant les longs hivers du nord de la France. Le ciel étant normalement occupé par une ou plusieurs couches nuageuses menaçant de ses précipitations à longueur de journée, tout ce que les habitants de ces contrées peuvent percevoir, au mieux, c'est une image spectrale du Soleil.

2. Les hivers de Cambridge n'offrent guère mieux à qui s'intéresserait à l'étude du Soleil - et d'ailleurs, les étés non plus. Pourtant, Newton, qui entre autres choses s'intéressait à la lumière, fit là-bas des expériences cruciales et énonça d'importants principes en matière de rayonnement, en décomposant le spectre solaire.

Si vous vouliez étudier le comportement d'un rayon lumineux, alors que vous n'avez pas de laser, pas d'électricité, ni aucun moyen de réduire le tremblement d'une flamme de bougie, vous vous y prendriez peut-être comme le fit Isaac : vous perceriez un petit trou dans un volet et attendriez que le Soleil daigne se présenter au firmament. Grace à ce stratagème Newton admira la manière dont le rayon solaire pouvait être décomposé par un prisme en toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, ce qui fournit aux Pink Floyd l'image de couverture d'un de leurs meilleurs albums. 

Le scientifique, qui pensait que la lumière était composée de petits corpuscules, en tira la conclusion que, dans un rayon de lumière blanche, toute une ribambelle de petites billes aux couleurs propres se mélangeaient pour donner une impression de rayonnement homogène. Il y avait la bille verte, la bille rouge, la bille carmin, l'émeraude, la jaune Naples, la rose cochon, l'outremer et l'indigo, la bordeaux et la bistre. Ce jeu de billard américain très nuancé ne résista point à la théorie ondulatoire de la lumière, qui établit que les couleurs dépendent de la longueur d'onde.

3. Spectre solaire et visible sont pour nous presque synonymes. Le spectre des couleurs que nous pouvons percevoir n'est qu'une toute petite portion des ondes électromagnétiques qui gambadent dans l'Univers. Tout en haut du spectre, figurent les terrifiants rayons gamma, dont la longueur d'onde va jusqu'à un millionième de milliardième de mètre. Tout en bas, nous trouvons les flegmatiques ondes radio, avec une longueur d'onde qui atteint cent mille mètres ou plus[1]. Par rapport à cette échelle immensément grande toute la beauté chromatique de notre monde n'occupe qu'une minuscule fraction comprise entre un millionième et un cent-millième de mètre.

En écrivant ces valeurs nous pouvons avoir une idée de cette modeste portion visible. Voici l'étendue du spectre par sauts de 10 ordres de grandeur, en mètres.

0,000000000000001

0,00000000000001

0,0000000000001

0,000000000001

0,00000000001

0,0000000001

0,000000001

0,00000001

0,0000001

spectre visible !

0,000001

0,00001

0,0001

0,001

0,01

0,1

1

10

100

1 000

10 000

100 000...

On le voit assez bien, les hommes passent à côté de la plupart des événements de l'Univers.

[1] Théoriquement il n'y a pas de limites à la longueur des ondes, si ce n'est la taille de l'univers...


Station spatiale

Franchement, si vous vous engagez dans une carrière d'astronaute juste pour aller faire joujou dans la station spatiale, ne vous attendez pas à une révolution dans votre perception du cosmos. Certes, monter à quelques 400km au-dessus de la terre ce n'est pas rien, mais il suffit de considérer par exemple la distance qui sépare la Terre et la Lune pour comprendre que ce voyage prodigieux n'est qu'un pas de fourmi dans le vaste espace interplanétaire. Pour vous rendre sur la Lune vous devriez parcourir rien de moins que 384.400 km, ce qui veut dire à peu près 1000 fois l'éloignement de la station spatiale!

Disons-le, alors : la station spatiale c'est tout juste la proche banlieue de la planète bleue.

Par exemple, bien que pour monter là-haut vous vous soyez entraînés une vie durant, passant des tests à n'en plus finir en concurrence avec une foule de surexcités comme vous, eh bien, vous constaterez que la Lune ne s'en trouve même pas agrandie à vos yeux!

Considérez donc ceci : la Lune varie bel et bien en apparence, car son orbite elliptique (comme tout orbite qui se respecte), connait des périgées et des apogées; autrement-dit notre satellite se trouve parfois au point le plus proche, parfois au point le plus loin. Or l'écart entre périgée et apogée est de 50.000 km environ, soit plus de 120 fois la distance Terre/station spatiale.

Alors voici ce que je voulais vous dire : si vous voulez devenir astronaute, visez Mars, à minima!